21 novembre : silence radio sur la Journée Mondiale de la BPCO

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) concerne de 6 à 8 % des plus de 40 ans en France, soit quelque 3,5 millions de personnes. 2010 millions de personnes sont atteintes de BPCO dans le monde et cette pathologie respiratoire est devenue la 3è cause de mortalité évitable.

Pourtant, personne n’en parle et surtout pas les médias, actuellement fortement focalisés sur la 5è vague de la pandémie Covid-19. D’après les estimations, le nombre total de décès par BPCO devrait augmenter de plus de 30% dans les dix ans. La principale cause de BPCO est le tabac. La prévention repose donc d’abord et essentiellement sur la lutte contre le tabagisme. Les autres facteurs de risque sont la pollution de l’air (habitation et atmosphérique), la poussière, les produits chimiques en milieu professionnel et les infections fréquentes des voies respiratoires inférieures au cours de l’enfance. Toutes choses qui nécessitent de la prévention.

La BPCO en quelques images

Pour connaitre l’état de votre santé respiratoire, n’hésitez pas à demander à votre médecin traitant qu’il mesure votre souffle à l’aide d’un appareil dédié à cet effet. En fonction des résultats de cette mesure, il vous orientera au besoin vers des examens complémentaires plus poussés, chez un pneumologue. Dans tous les cas, ne prenez pas un essoufflement anormal à la légère. Il peut cacher une pathologie cardiaque ou respiratoire.

La spirométrie consiste à mesurer à l’aide d’un spiromètre les volumes et débits d’air qu’une personne est capable d’inspirer et d’expirer. Ce test respiratoire peut être utilisé dans le dépistage de BPCO et de l’asthme. Ici la personne utilise un débitmètre de pointe qui mesure le débit expiratoire de pointe (c’est-à-dire le débit maximum au cours de l’expiration).

Sachez enfin que la BPCO ne se guérit pas totalement ni définitivement. Mais une bonne hygiène de vie peut en améliorer les symptômes. Il est possible de la prévenir, par des dispositions simples, d’arrêter sa progression, notamment en cessant de fumer, et de soulager ses symptômes par différentes méthodes de traitement associées à une bonne hygiène de vie. L’activité physique adaptée en fait partie !