Attention aux apnées du sommeil longues

On savait déjà que l’apnée du sommeil augmentait les risques de maladies cardiovasculaires, une étude, publiée dans “Nature”, révèle désormais que la durée de ses épisodes a un impact important sur l’ampleur de la perturbation de la fréquence cardiaque.

L’étude révèle que la durée des épisodes d’apnée obstructive du sommeil est directement liée à leur impact sur le système cardiovasculaire. Plus ils sont longs, plus les changements de la fréquence cardiaque qu’ils provoquent sont importants et variables sur un très court terme.

Une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui souffrent d’apnée du sommeil. Ils sont nombreux puisque ce trouble du sommeil toucherait près d’un milliard de personnes dans le monde.

Une nouvelle étude, publiée dans Scientific Reports le 10 décembre dernier, vient révéler que la durée des apnées du sommeil impacte l’ampleur de la perturbation de la fréquence cardiaque de ceux qui en souffrent. En pratique, l’apnée du sommeil s’accompagne d’une hyperactivation anormale du système nerveux sympathique qui affecte la fonction cardiaque et la régulation cardiovasculaire en augmentant la fréquence cardiaque nocturne. Une augmentation qui entraîne une hausse du risque de maladie cardiovasculaire.

Objectif : mieux identifier les patients à haut risque

L’étude révèle que la durée de ces épisodes d’apnée obstructive du sommeil est directement liée à leur impact sur le système cardiovasculaire. Plus ceux-ci sont longs, plus les changements de la fréquence cardiaque qu’ils provoquent sont importants et variables sur un très court terme. Les chercheurs recommandent de croiser davantage les données existantes issues d’études cliniques sur le sommeil avec les données relatives à la fréquence cardiaque et à sa variabilité “afin d’obtenir un tableau clinique plus représentatif et de mieux identifier les patients à haut risque”.

Ce qu’il faut faire pour réduire le risque d’apnée du sommeil : contrôler son poids, éviter la prise de sédatifs et d’alcool qui détendent les voies respiratoires et favorisent les ronflements (symptômes de l’apnée du sommeil) et dormir plutôt sur le côté.

L’apnée du sommeil est une maladie mal connue en France. Elle toucherait pourtant près de 3 millions de Français. Un million de personnes sont appareillées en France d’une machine à pression positive continue (PPC)

Publié sur www.medisite.fr/ par Sarah Ugolini, le 15/12/2020