L’ADIRA en mode confinement

L’ADIRA, comme nombre d’association, est en sommeil – ou presque – depuis le mois de mars dernier. Sa dernière manifestation, la Journée Nationale des Apnées du Sommeil, le 3 octobre dernier, aura été le seul temps fort de cette année 2020 pour renouer le lien avec les patients. Jean Derruau, président de l’ADIRA dresse son bilan des mois écoulés.

Pour l’ADIRA, comme pour tant d’autres associations, l’année 2020 laissera un souvenir amer, suite aux vicissitudes générées par la COVID 19. Depuis février jusqu’à ces derniers jours, que de réunions de travail, bureaux, Conseil d’Administration et autres actions, rayés du calendrier et tombés à l’eau.
En effet La pandémie Covid 19 nous aura coûté à ce jour :
La traditionnelle rencontre du Printemps – la Journée de Plein-Air – l’Assemblée Générale et autres projets en cours.

Au total, en 2020, nos seuls rencontres auront été :

  • La « galette des rois » en janvier, avant le 1er confinement.
  • Le maintien et l’aménagement de nos « Activités Physiques Adaptées » avec PARTN’AIR, notamment en plein air. Elles seront supprimées par le 2ème confinement et remplacées à la rentrée par des activités en plein air, sur le site de Vabre, avant d’être organisées chaque jeudi au centre social de Saint-Eloi, à Rodez.
  • L’utilisation de la visio-conférence qui suscite pas mal d’intérêt auprès de nos amis.

Le 3 octobre de nombreux patients du district de Rodez et au-delà ont participé à la Journée Nationale des Apnées du Sommeil, organisée à Rodez par la FFAAIR avec l’autorisation préfectorale. Journée réussie, avec la participation de quelque 80 personnes sur la journée et appréciée de la part des visiteurs.
Quant à la santé de nos patients par rapport au Covid-19, nous savons qu’ils font preuve de sagesse et de responsabilité en restant confinés et en adoptant les gestes barrières.                                            
Face à l’incertitude générale qui nous obsède, nous rongeons notre frein en attendant des jours meilleurs qui, nous l’espérons, pourraient se concrétiser avec l’arrivée de nouvelles thérapies et vaccins.
Bon courage et bonne santé à tous.
Jean Derruau