En 1918, la grippe “espagnole” a fait plus de 50 millions de victimes

A l’heure où la pandémie sévi, il est intéressant de revenir sur un évènement majeur qui a marqué le siècle passé. La Première Guerre mondiale approche de sa fin, et une grippe, dite «espagnole», s’abat sur le monde en janvier 1918. Un virus particulièrement contagieux va se propager sur tous les continents, allant jusqu’à faire plus de victimes que le conflit lui-même.

En dix-huit mois, près d’un tiers de la population mondiale sera infecté, avec un taux de mortalité exceptionnellement élevé n’épargnant pas les individus les plus jeunes.
On pense que le virus serait d’abord parvenu aux États-Unis par des soldats revenant de la région de Canton en Chine. Il se serait ensuite transmis dans les camps de formation militaire qui regroupaient des dizaines de milliers de jeunes hommes avant qu’ils ne traversent l’Atlantique pour aller combattre en Europe sur le front de l’Est.
La maladie va ainsi se répandre en plusieurs vagues : aux États-Unis d’abord, puis en Europe et enfin dans le monde entier. L’importante circulation de troupes et de voyageurs non avertis va d’autant aggraver la contamination.

Un milliard de malades dans le monde

Pour éviter la panique chez les combattants et la population, la censure va occulter toute information sur cette pandémie. Seule l’Espagne, non belligérante, n’est pas soumise à la censure militaire. Elle sera le seul pays à publier des informations à ce propos. En réaction, on va la nommer «grippe espagnole». On laisse entendre ainsi que le problème vient d’ailleurs et qu’il ne concerne que les autres. Le quotidien Le Matin écrira ainsi : «La maladie à la mode, la grippe espagnole a gagné l’Europe. En France, cette influenza est bénigne et elle est guérie en une semaine environ.»
Le parallèle que l’on peut établir avec les 1ères réactions à notre actuelle pandémie au Covid-10 est flagrant.

Pendant l’hiver 1918-1919, on comptera jusqu’à un milliard de malades dans le monde sur un chiffre total de 1,9 milliard d’habitants vivant sur la planète. Le nombre de décès liés à cette pandémie se situera entre 50 à 100 millions. L’épidémie fit environ 408 000 morts en France, parmi lesquels Guillaume Apollinaire et Edmond Rostand. La Chine et l’Inde payeront le plus lourd tribut, les victimes se comptant par millions.

[Source : Gilles Courtinat & JJ Farré, avec le concours de Roger Gay]

Pour en savoir plus…