Somnolence diurne excessive : qu’est-ce que ce trouble du sommeil ?

Réveil difficile, besoin fréquent de s’allonger, endormissements en pleine journée … la somnolence diurne excessive peut être causée par différents facteurs comme le syndrome d’apnées obstructives du sommeil ou la narcolepsie.

Selon l’Assurance6Maladie, un Français sur cinq est touché par la somnolence diurne excessive. Cette pathologie se caractérise par un besoin non désiré de dormir qui survient quotidiennement.

Quels sont les symptômes de la somnolence diurne excessive ?

Différents symptômes correspondent à la somnolence diurne excessive :

  • une sensation d’être somnolent, voire mal réveillé
  • un réveil matinal pénible
  • un ou des endormissements plusieurs fois dans la journée
  • un besoin fréquent de s’allonger pour dormir

Somnolence diurne excessive : comment expliquer ce besoin irrépressible de dormir ?

La principale cause de somnolence diurne excessive s’avère être une insuffisance ou une privation chronique du sommeil. L’après-midi ou le soir sont les moments propices aux assoupissements, surtout quand on est inactif. Chez les personnes touchées par cette insuffisance de sommeil, on remarque :

  • des troubles de l’attention et de la concentration
  • une irritabilité
  • des troubles de l’humeur
  • des baisses de performances scolaires ou professionnelles
  • un manque de motivation
  • une fatigue chronique
  • des maux de tête
  • une tendance au surpoids
  • des douleurs multiples

Certains médicaments peuvent également favoriser ces troubles du sommeil, car ils perturbent les mécanismes d’endormissement. Les sédatifs hypnotiques, les neuroleptiques, les antidépresseurs ou encore les anxiolytiques peuvent causer des situations de somnolence.

Responsable d’un blocage des voies respiratoires, le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est susceptible d’être à l’origine de certains troubles du sommeil. Si l’on passe de mauvaises nuits, on a de fait plus tendance à somnoler pendant la journée.

Le syndrome de mouvements périodiques des membres inférieurs correspond à des gesticulations répétées des pieds ou des jambes pendant le sommeil. Ce dernier provoque des micros-réveils et fractionne donc le sommeil.

Autre cause de la somnolence diurne excessive : la narcolepsie. Cette pathologie se distingue par de forts épisodes d’endormissement qui durent entre 10 et 15 minutes. Ce type d’assoupissement est très récupérateur.

Somnolence diurne excessive : quels sont les dangers ?

Au quotidien, la somnolence diurne excessive s’avère très dangereuse, car elle augmente les risques d’accidents de la route, au travail ou à la maison. Elle va également avoir un impact sur l’efficacité à l’école ou au travail, car les personnes atteintes ont des difficultés à se concentrer et à rester attentif.

Quels sont les traitements possibles pour la somnolence diurne excessive ?

Avant de pouvoir traiter la somnolence diurne excessive, il est nécessaire d’identifier la cause de ce trouble du sommeil. Grâce à différents examens, un bilan du sommeil est réalisé. Les médecins peuvent notamment recommander des tests de maintien de la veille, des tests itératifs de latence d’endormissement ou une polysomnographie.

Une fois la cause de la somnolence diurne définie, le médecin peut envisager un ou des traitements adéquats :

  • Pour le manque chronique de sommeil : le patient peut essayer de rallonger ses nuits de sommeil ou faire une courte sieste pendant la journée (entre 10 et 15 minutes).
  • Pour les médicaments qui perturbent le sommeil : il est recommandé de les arrêter ou tout simplement de les remplacer par des médicaments avec moins d’effets secondaires.
  • Pour le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) : différents traitements sont considérés pour soulager le SAOS. Par exemple, les propulseurs mandibulaires qui permettent d’agrandir l’espace entre la base de la langue et le pharynx. La mise en place d’une ventilation nocturne en pression positive continue (PPC) dans les voies aériennes supérieures est également conseillée.
  • Pour la narcolepsie : un neurologue ou un médecin exerçant dans un centre du sommeil prescrit des médicaments pour stimuler la vigilance.

[Source : Femme Actuelle, Josephine ARGENCE, 20 février 2020]