BPCO : à chacun son tour de France

Ils habitent la Saône et Loire, le Var, la Haute-Garonne, la Normandie ou l’Est de la France. Ils souffrent tous de BPCO et ont décidé d’organiser, avant l’heure, un tour de France quelque peu spécial : celui des handicapés respiratoires, en salle – sur des vélo d’appartement – ou sur les routes de leur région, avec leur bouteille d’oxygène dans le dos. Au 20 novembre, 451 patients ont, à eux tous ensemble, accumulé 8118 km. Ils poursuivent leur défi jusqu’au 21 novembre, date de la Journée Mondiale de la BPCO et de l’étape finale de leur Tour.

Le Tour de France 2019 doit passer par Mâcon le 13 juillet 2019, pour une 8ème étape. Daniel Cloix, résident dans la ville a choisi de ne pas attendre ce jour pour voir passer les cyclistes.

Le 21 octobre dernier, le président de l’association Solid’AIR71 décide de lancer sur Facebook une opération aussi originale qu’inédite : “3351 km c’est la distance parcourue pour le Tour de France en juillet 2018, explique Daniel (photo). C’est également le défi que nous allons relever en cumulant nos kilomètres depuis chez nous, chez notre kiné ou dans notre centre de réhabilitation respiratoire. De plus en plus de patients s’engagent et vont participer à ce challenge dans le cadre de la Journée Mondiale de la BPCO. Que vous soyez sur un vélo (tous types) ou en marchant, chaque kilomètre va compter.”

Rapidement il va être entendu et rejoint par ceux qui, malades BPCO, jugent l’idée pertinente, tant pour fédérer une communauté de patient que pour remettre en selle ou en route ceux qui considèrent que la maladie les enferme dans un immobilisme fatal. Daniel sait d’où il vient : il y a quelques années, il ne parvenait plus à faire ne serait ce que quelques centaines de mètres à pied.

Il va découvrir les exploits d’un autre malade BPCO, Philippe Poncet, qui inscrira à son palmarès personnel deux records du monde : de l’heure et de vitesse sur les vélodromes de Hyères et de Grenoble, en 2014 et 2015. Daniel s’engagera alors sur son chemin de Damas : en commençant par gravir la Roche de Solutré avec sa bouteille d’oxygène à la main. Puis il rejoindra la ville de La Londe Les Maures, dans le Var, pour participer à une course à vélo de 20 km, entouré d’une bonne douzaine d’autres malades BPCO, dont ceux de l’association Un Brin d’Air. Depuis il s’est régulièrement remis en selle et malgré des rechutes dans le parcours du malade respiratoire qu’il est, Daniel plaide inlassablement en faveur de l’activité physique, qui est, de l’avis de la communauté médicale, le meilleur médicament qui soit.

Depuis le 21 octobre, nombreux sont ceux qui ont rejoint son peloton. Le 20 novembre, ils sont 451 à avoir parcouru ensemble plus de 8100 km. Et l’épreuve ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin. Rendez-vous est pris pour l’arrivée du Tour le 21 novembre afin de compter le nombre de km parcourus jusqu’à la ligne d’arrivée.

Entre temps, Philippe Poncet, coureur plus solitaire, aura battu, sur le vélodrome de Saint-Quentin en Yvelines, son précédent record de vitesse en alignant moins de 15 secondes sur un 200 mètres en départ lancé. Sa bouteille d’oxygène était portée par un champion cycliste qui l’a suivi à vive allure.

J-J Cristofari