Rencontre médecins/patients/prestataires au SSR de Ceignac

Médecins, représentants des prestataires en santé et patients se sont récemment retrouvés au Centre de Soins de suite et de Réadaptation de Ceignac, anciennement dénommé les Tilleuls et depuis cet été “centre Pierre Caulet”, pour une soirée conviviale. Au menu la visite des nouvelles unités pour personnes âgées et de pneumologie, quelques échanges entre participants, le tout ponctué par les interventions des parties prenantes du SSR. Le Dr. Nebunescu-Schirliu Loanaa a notamment évoqué les projets de son service de pneumologie pour 2019.

Le directeur du SSR Pierre Caulet, Patrick Chambaud (à d. sur la photo), a accueilli l’ensemble des personnalités présentes, avec une mention spéciale pour l’association “petit Coeur de beurre” et l’ADIRA, représentée par Jean Derruau. Il a également souligné le partenariat engagé entre le centre et l’hôpital de Rodez. Il a rappelé que l’établissement avait récemment obtenu deux nouvelles autorisations : l’une concerne le domaine respiratoire, supervisé par le Dr. Nebunescu-Schirliu Loana, l’autre les polypathologies des personnes âgées, secteur piloté par le Dr Pascal Moulin. “Cela nous permettra d’approfondir le travail déjà réalisé et d’élargir les équipes médicales, en particulier avec les activités physiques adaptées”, a souligné ce dernier.

Les bienfaits de la réhabilitation respiratoire

Le Dr. Ioana Nebunescu (photo) a remercié ceux qui ont contribué à mettre en place les nouvelles activités de réhabilitation respiratoire au sein du SSR. Elle a rappelé l’importance qui doit être donnée à la dyspnée, qui peut venir du coeur, des poumons ou des muscles, en soulignant les méfaits de la spirale du déconditionnement pour les malades respiratoires qui sombrent dans l’inactivité. “La réhabilitation respiratoire s’adresse tout particulièrement aux patients souffrants d’insuffisance respiratoire dès l’apparition de la dyspnée et d’une manière plus globale à tous les patients qui souffrent d’essoufflement”, a précisé la pneumologue. Mais pou avancer sur ce parcours, la motivation du patient constitue un élément clé. Cette réhabilitation doit être adaptée aux besoins des patients. Elle dure en centre, en moyenne, quatre semaines, durant lesquelles les patients bénéficient de 20 séances d’entrainement au vélo et à l’exercice physique, soit 5 séances par semaine.

Une équipe pluridisciplinaire de professionnels de santé du SSR accompagnera le patient pendant la durée de son stage. “Il faudra, au bout de 4 semaines, avoir retrouvé une certaine confiance en soi”, ajoute le Dr. Nebunescu. Reste que seulement 5 à 10 % des patients susceptibles de bénéficier de séances de réhabilitation respiratoire peuvent accéder à un centre. “Ce qui est dommage”, note le médecin. Outre l’accès au centre, une prise en charge à domicile peut également être proposée. “Le Dr Jean Paul Panaye, pneumologue à Rodez, vous donnera les renseignements sur ce sujet. N’hésitez pas à le consulter”, a fait savoir la chef du service pneumologie.

Le patient acteur de son contrat de soins

“Le patient doit comprendre qu’il est le principal acteur de son contrat de soins” a encore ajouté Ioana Nebunescu qui a exprimé ses voeux d’une médecine plus moderne dans sa relation entre ville [médecins et professionnels libéraux] et hôpital. “Nous avons tous besoin que cela aille mieux”, a commenté celle-ci. “Cela nous amène tous à un chemin de collaboration étroite entre ville, l’hôpital et les structures intermédiaires. Au bout du chemin je suis certain que chacun trouvera sa place pour le bien du patient et notre bien à tous”

“Tous nos projets sont sensés répondre à vos besoins” a conclu la pneumologue en indiquant que des séances d’éducation thérapeutique respiratoire axées sur le dépistage du patient BPCO à risque seront organisées en 2019, en proposant au terme des séances un projet de prise en charge du patient. Elle a enfin indiqué vouloir se rapprocher du réseau Partn’Air – partenaire de l’ADIRA – devenu le réseau Occitan’Air, pour envisager des prises en charge au plus près du domicile des patients, plus adaptées à leur besoins.

Partn’Air intervient chaque jeudi après-midi auprès des patients membres de l’ADIRA sur le site de la SADIR à Bel Air. Jean Derruau, président de l’association (au centre sur la photo) s’est félicité de ce nouveau partenariat avec le SSR de Ceignac en espérant qu’il permettra également de voir l’ADIRA grossir ses rangs.

La soirée, à laquelle participaient des représentants de Air Medic, de la société Bastide, d’Isis médical ou encore de D Medica, toutes prestataires de santé au domicile des patients, s’est achevée autour d’un pot de l’amitié durant lequel les échanges ont pu se poursuivre.